Les besoins du bébé

Etait prévu une conférence le 29 Avril pour les Journées de la non violence éducative en Isère , je n’ai malheureusement pas pu l’à donner .

Voici donc ce qui aurait dû être abordé ce jour là , je me suis appuyée sur mes formations en portage, et des livres tels que le concept du continuum , un bébé comment ça marche , les livres de Filiozat et du Dr Catherine Gueguen .

Au commencement , bébé se trouve dans le ventre de maman . Nous savons donc que bébé passe plus ou moins 9 mois dans le ventre de maman, il est donc en contact permanent avec sa mère et peut même entendre les bruits extérieurs au fil de la grossesse (voix du papa par exemple ) . Sa connexion , le lien commence à se faire .

Maria Montessori par exemple s’est penchée sur la vie intra utérine , elle a expliqué que bébé ressent tout , les émotions, le contact ….

Il existe d’ailleurs des cours de préparation à la naissance basée sur l’haptonomie . L’haptonomie permet de créer un lien dès le départ entre les parents et le bébé , basée sur le touché .

Quand bébé vient au monde c’est donc un chamboulement , il se retrouve expulsé à l’extérieur hors de sa mère . Pour que ce passage difficile se fasse le plus en douceur possible il faudrait faire naitre bébé dans une ambiance apaisée, lumière tamisée , calme , et poser le bébé en peau à peau avec sa mère et ensuite l’autre parent  . Contre maman , bébé va retrouver les battements du coeur qu’il entendait dans l’utérus , il reconnaît son odeur également .

Bébé a besoin de contact dès le départ. Le peau à peau , le touché , le besoin d’être près de ses parents est fondamentale . Des études montre le bienfait du peau à peau sur bébé .

On dit aussi que bébé né prématurément , c’est à dire que son petit cerveau est en construction . En effet bébé ne nait pas en sachant parler ou marcher, il évolue au fil des mois .

Si bébé naissait 9 mois  après son cerveau serait mature mais bébé ne passerait pas par les voie basses de la mère .

Nous sommes donc face à un bébé qui est en pleine construction, l’immaturité du cerveau fait que bébé ne peut pas gérer ses émotions, ne peut pas comprendre ce qui lui arrive , bébé a donc besoin d’être rassuré , porté , calmé . Jusqu’à l’angoisse de la séparation aux alentours de 8 mois , bébé n’a pas encore conscience de ne plus faire partie de sa maman .

Les neurosciences on fait un travail extraordinaire dans ce domaine, ils ont prouvé ce que finalement beaucoup de parents appliquaient déjà : ne pas laisser pleurer bébé , le rassurer est bénéfiques .

Ils ont prouvé que laisser pleurer bébé étaient néfastes pour leur cerveau(immature je le rappelle) , je vous conseille les livres du Dr Catherine Gueguen assez accessible sur ce sujet .

Le bébé ne fait pas de caprice en demandant à être cajolé, porté , un enfant prendra son autonomie petit à petit , chacun son rythme mais ce qui est sûre c’est que plus un bébé/enfant est rassuré plus il peut s’éloigner en sécurité . La théorie de l’attachement nous apprend beaucoup sur le sujet .

Bébé est aussi né pour être porté : quand il nait bébé à ce petit réflexe que l’on appel le grasping, Ce petit réflexe qui fait que bébé renferme sa main sur votre doigt quand vous le mettez au creux de la sienne . Ce réflexe est un agrippement, réflexe archaïque , qui montre que bébé cherche à s’agripper à son porteur , il en est de même pour ses petits pieds qui se mettent en position d’aggripement quand il est porté .

Ces réflexes ne sont pas là par hasard , ils sont innés, c’est une chose naturelle, répondre au besoin de bébé est donc naturel , normal et logique .

Dans le livre le concept du continuum , l’auteure nous parle de cette tribu indienne qui ne s’est pas coupé de ses instincts comparé à nous parents vivant ici, les enfants sont à la fois hyper portés, câlinés , au contact de leur parents , en sécurité , mais elle nous fait remarquer que dans le même temps , la mère laisse son tout petit se débrouiller, elle sait lui faire comprendre qu’elle est là pour lui quand il en a besoin mais qu’elle a aussi confiance suffisamment en lui pour le laisser gérer, faire, ce qui facilite son autonomie . L’auteur a pu observer que ces enfants ont le sens du danger sans que les parents soit derrière . Exemple : l’enfant ne s’approche pas du ravin . Le fait que la mère l’est entouré et surtout est pu rester en lien avec sa nature et ses instincts permet à l’enfant d’être plus Secure . De lui même il est vigilant, confiant .

Le développement du cerveau du bébé est le même chez chacun ,cependant chaque nouveau né est aussi unique , nos bébés sont donc tous uniques , certains plus sensibles que d’autres, plus demandeur .Il est donc bien également de s’adapter en plus de nos connaissances sur le développement , à notre enfant .Sortit du cocon de l’utérus le petit bébé a besoin à l’extérieur de retrouver ce petit cocon.

Il est important également de ne pas différencier, le développement psycho et le développement moteur (c’est ce qui est expliqué en détail dans le livre un « bébé comment ça marche « )

Le bébé ressent et se développe . Bébé au tout début à une posture d’enroulement, c’est sa physiologie, dos pas encore musclé, tête qui ne tient pas , maintenir cette position là en portant à bras bébé(ou en écharpe) l’aide, le calme et le rassure . Son développement moteur est lié à ce qu’il ressent . Porté ainsi il retrouve son cocon. Sa position enroulée est importante : quand il voit notre visage, entend notre voix , même posé sur le dos , il cherche à trouver son enroulement . Il est important de respecter les appuis pour que bébé s’enroule , et soit détendu et prêt à communiquer . Bébé sait vous montrer ce dont il a besoin et comment il veut être soutenu .en respectant cet enroulement , bébé pourra reprendre cette position quand il ne se sentira pas en sécurité , ce qui facilite son bien être et développement . Le corps du bébé passe souvent de moment de tension et de détente , en étant à l’écoute , en observant on reconnaitra les moments de crispations et on répondra de façon bienveillante pour lui donner du bien être, ses pleurs, son corps nous parlent . Ainsi bébé, saura associé ce qui lui fait du bien selon le contexte où il se trouve . Quand bébé se tend le parent l’accompagne : met des mots sur ce qu’il ressent , l’aide à comprendre (cas des coliques par exemple ) , le berce . L’adulte ici n’est pas  dans une posture où il l’empêche de se tendre mais il l’accompagne , l’aide à comprendre, à se détendre, à le rassurer . On n’est pas là pour masquer la douleur même si on l’aide à ne plus l’a ressentir . Il ne faut pas avoir peur . Bébé peut hurler très rapidement car quand il ressent une sensation désagréable(comme la faim ) il ne sait pas que maman va venir le nourrir immédiatement , il pense être plongé dans un enfer qui va durer .

Le fait de répondre à son besoin quel qu’il soit , permet de stopper ce processus de mal être .

Un bébé que l’on va laisser pleurer , c’est interminable pour lui, il ne pleure pas fort par caprice , ou manipulation et même après quand il commence à grandir. Isabelle Filliozat dans au coeur des émotions nous expliquent très bien le mécanisme . Bébé ne gère pas ses émotions , on doit l’accompagner, l’aider à comprendre ce qu’il ressent. Pour un enfant , il n’est pas question de dire oui à chaque frustration mais simplement d’accompagner. ( bienveillance et limite ne sont pas incompatible).

Bébé se tend facilement , cela peut nous paraître exagérer c’est simplement dû au fait qu’il ne sait pas encore gérer tout ça , son cerveau est immature . Laisser bébé dans son stress, être tendu n’est pas bon ni pour lui ni pour l’adulte , cela peut perturber son développement y compris moteur . Voilà pourquoi on ne dissocie pas les deux développements et que l’on parle de développement psycho moteur .Les premiers langages de bébé : pleure et cris pour exprimer quelque chose qui ne lui plait pas et sourire et babillement pour le plaisir . Bébé communique . On fait rentrer bébé dans le monde de la communication, ce qui l’aidera par la suite à s’exprimer, nous verbaliser une fois plus grand ses tristesses, joie, peines….(en tant que parent on peut se plaindre parfois que notre enfant ne nous livre pas ses peines, se renferment) souvent on dit que bébé sait ce qu’il fait , donc manipule car il sait que quand il pleure papa ou maman accoure, ce n’est absolument pas de la manipulation mais de la communication, oui bébé enregistre qu’avec ses pleures l’adulte comprend qu’il a un besoin (faim, mal être , câlins …) et plus tard on va l’aider à exprimer ses besoins sans forcement crier ou pleurer . Un bébé qu’on laisse pleurer va effectivement par la suite ne plus pleurer mais ce sera par résignation, renfermement et peut ne plus vouloir communiquer , ou en tout cas pas savoir le faire .

L’adulte accompagne bébé et enfant dans la communication et dans la gérance des émotions . Un enfant que l’on ne laisse peu pleurer et un enfant qui pleurera peu en grandissant .

Dans le livre un bébé comment ça marche ils insistent sur le fait que l’on parle de peu et non de pas , parce que oui il va pleurer tout de même , plus grand en cas de frustration . Le but ici ce n’est pas d’étouffer les pleurs même si ils peuvent être très désagréables , mais nous on accompagne et on ne laisse pas pleurer seul bébé . Ce qui est plus inquiétant c’est quand bébé ne pleure plus du tout , se résigne car pas entendu et donc ne communique plus ou peu ; tout les sens de bébé sont déjà présents et vont se developper, un des sens dont je vais parler c’est le touché : déjà dans le ventre nos mains le caressant sont ressentie, le mouvement du liquide amniotique est ressentie .Sétait agréable . Le toucher est très important pour le nourrisson, des études ont montré le bienfait du touché chez le bébé , le peau à peau .

Dans un livre « la peau et le touché » d’ashley Mintagu , certes  un peu ancien mais qui à son importance encore aujourd’hui , il est expliqué le bienfait du touché , ce qui se produit par ce sens, comment le bébé se développe à partir du touché du parent. Ce livre s’appuie sur des études scientifiques faites sur des animaux(privation de contact par exemple, ou simplement observation du léchage sur les mammifères ) et sur l’observation de cultures différentes.Ce livre nous montre combien le touché , contact est important pour le développement de bébé .

Le bercement est important pour bébé, d’une part ça l’apaise , de l’autre cela l’aide a apprivoiser le mouvement en milieu terrestre.

Pour le porter également il est important de le porter par sa base , pour qu’il soit prit de façon sécuritaire . Pris par le dessous des bras lui donne du stresse . En tant que parent, adulte , il est important de faire preuve d’empathie : l’empathie permet d’imaginer ce que l’autre , l’enfant ressent et se mettre à sa place. Le bébé en a besoin . Isabelle Filliozat et le dr Catherine Gueguen en parle souvent . L’empathie permet de passer au dessus de son ressentit personnel . On peut par exemple aimer fort son bébé et ne pas avoir d’empathie . Ce sont donc deux choses bien distinctes . On soulage bébé en faisant preuve d’empathie, il peut décharger son mal être , se sentir accueilli .

Attention cependant à ne pas décharger nos propres émotions sur bébé , par exemple quand on pense comprendre quelque chose, il vaut mieux dire à bébé sous forme de question plutôt que de certitude . Il est important donc aussi d’être maître de ses émotions, détendu quand il pleure, balayer son angoisse face aux pleurs . En quelques sorte l’empathie c’est au final l’instinct maternel (ou paternel) . En gros il faut faire confiance en son instinct pour s’occuper de bébé .

Comprendre le langage de bébé : il s’exprime au travers la détente ou la tension de son corps, on doit apprendre à décoder ceci pour pouvoir cerner au mieux le besoin .

Il existe des pleurs parfois que l’on peut expliquer , où bébé peut vouloir se décharger . Il suffit de le prendre et l’écouter , il ne se calmera pas forcement , mais se sentir dans vos bras à côté de vous, accompagné dans les pleurs suffit pour lui .

Le sommeil de bébé :

Un nourrisson dort beaucoup, même si en tant que parent on ne s’en rend pas bien compte pour cause de fatigue . Dans les débuts bébé n’a pas réellement de rythme, l’important est de respecter aussi ses phases de sommeil, coucher bébé quand il en a besoin, on repère au fil du temps les signes de fatigue. Faire en sorte que le moment de couché soit apaisant , rassurant . D’où l’interêt de ne pas laisser pleurer bébé, afin qu’il assimile bien le sommeil à quelque chose de calme, de sécurisant et non de stresse. Petit à petit on peut donner des rituels d’endormissement , câlins, portage, allaitement ou biberon …. l’emmener en douceur vers un rythme , sans dressage de sommeil, de force . Quand bébé gazouille dans son lit on peut le laisser gazouiller et trouver son sommeil . Si bébé vous réclame ce qui est normale pour beaucoup de bébé , on peut le rassurer , le câliner , l’accompagner dans son sommeil . Bien prendre en compte que les nuits de bébés ne sont pas les notre, si nous pouvons dormir 8h d’affilés ce n’est pas nécessairement le cas pour bébé qui aura des phases plus courtes . Chaque bébé à son rythme , certains dormiront plus que d’autres , feront « leur «  nuit plus tôt que d’autre . La maturité du sommeil survient au final tard . Isabelle Filliozat nous explique qu’il est important de respecter aussi le rythme de l’enfant dans le sommeil et que ce n’est effectivement pas comme on le souhaiterait . Le sommeil est effectivement important pour le bébé , son cerveau se construit durant ces phases, mais l’endormissement doit se faire dans la douceur .

Le besoin d’autonomie :

La théorie de l’attachement : plus bébé est rassuré et plus bébé est prêt par la suite à son rythme de se détacher . Si bébé a besoin d’affection , de sécurité , il a aussi besoin d’autonomie .

Par exemple, il est important pour lui de pouvoir se mouvoir à son rythme . On le laisse évoluer (on enlève les choses dangereuses ) , la motricité libre permet à l’enfant d’appréhender l’environnement . Il sait que vous n’êtes pas loin si jamais . Il est bien de respecter son rythme, un enfant qui ne sait pas s’assoir de lui même , il ne vaut mieux pas l’assoir mais le laisser s’assoir seul quand il sera prêt il en est de même pour la marche . Dans le concept du continuum l’auteur nous montre combien cette tribu indienne sait parfaitement instinctivement , « couvrir » les besoins de bébé tout en le laissant autonome . Le bébé est tellement en confiance qu’il sait se mouvoir, qu’il appréhende le danger …

Le laisser autonome permet à bébé de se faire confiance, d’avoir confiance aux autres, à son environnement . Il faut trouver l’équilibre entre entourer bébé (mettre en sécurité ) et le laisser évoluer sans crainte , sans peur et trop l’empêcher d’évoluer . Si bébé ressent que vous avez confiance, il pourra avoir confiance et se mettre en sécurité de lui même .

Il est bien de jouer avec bébé aussi , offrir des moments de contacts par le jeu .

Pour les parents qui travaillent ?

Bébé a ses besoins comblés à la maison, pour certains parents il n’est pas possible de prolonger leur congés . C’est parfois difficile de confier la garde d’un enfant à une crèche, ou une nounou ou grands parents par exemple . Il existe quelque petits trucs pour que les choses se fassent en douceur pour que bébé soit rassuré ainsi que le parent .

Il est important de communiquer à la personne qui gardera l’enfant , le rythme, les besoins.. seul vous parents connaissez ses besoins . De choisir le mode de garde qui conviendra au mieux .

En tant que parent , apprendre à bébé de se détendre, de l’apaiser dans le sommeil, de l’accompagner , le sécuriser l’aide à passer ce cap de garde . Si les parents sont détendus bébé se sentira également plus détendu . Bébé s’habituera au nouvel environnement . Une fois à la maison bébé aura également ses petites habitudes, rassurez le .

Et l’épuisement ?

Alors oui l’épuisement parental est une réalité , il est important aussi de se préserver , le fait d’accepter que bébé ait des besoins, ne fait pas exprès d’être très demandeur par exemple , permet de prendre du recul et de moins subir .

La fatigue peut cependant prendre le dessus, il faut trouver des moments pour se reposer(quand un seul enfant, dormir quand il dort ) , quand d’autres enfant plus grand, les faire garder par l’autre parent ou famille , histoire de souffler un peu . Trouver des loisirs, reprendre le sport une fois que c’est possible ….

Se détacher des tâches quotidiennes de la maison les premiers temps , même si difficile à faire, se dire que le ménage peut attendre, que le repos passe avant . Quand la tension monte, il peut être préférable parfois de sortir de la pièce pour souffler , le temps de se calmer , réfléchir .

Gardez en tête que bébé ne fait pas exprès, ne manipule pas , seulement ce tout petit à besoin de nous .

En tant que monitrice de portage je ne peux que conseiller le portage comme outil qui va non seulement apaiser bébé et répondre à ses besoins , mais aussi permettre d’avoir les mains un peu plus libres et vaquer à ses occupations .

Enfin , ne pas se mettre trop de pression, on est pas parfait, il se peut que parfois nous passions à côté des besoins de bébé , que nous sommes beaucoup moins patients, moins bienveillant.

Le fait est que en prendre conscience montre que nous comprenons . Les choses se font petit à petit , il y a des jours plus difficile à gérer . On fait au mieux et comme on le sent aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s